UD91
Vous pouvez nous contacter par courrier postal :
CFE-CGC
Maison des syndicats
12, place des terrasses de l'Agora
91034 EVRY Cedex
ou par courrier électronique à
Présentation UD91

CHSCT

Langues et travail

Ce dossier traite des problèmes linguistiques dans les entreprises

Visites

 337427 visiteurs

 12 visiteurs en ligne

L'info permanente - La Confédération

L'actualité de la CFE-CGC


Actualité de la CFE-CFC


La CFE-CGC partage l’avis de la ministre de la Santé sur le coût du management défaillant  Voir?

Agnès Buzyn, ministre de la Santé, a évoqué, le 22 octobre, le coût du management défaillant pris en charge par l’Assurance maladie. La CFE-CGC s’interroge depuis longtemps sur les sommes dépensées dans le cadre des troubles psychiques liés au travail (stress, mal-être, épuisement professionnel).

A ce jour, les arrêts de travail et les pensions d’invalidité ayant pour origine les risques psychosociaux ne sont pas identifiés. Par ailleurs, ils ne rentrent pas dans les statistiques de l’Assurance maladie. Pour autant, cette dernière et les organismes de prévoyance prennent en charge les malades atteints de ces pathologies. Seuls les rares accidents du travail et maladies professionnelles reconnus au titre des risques psychosociaux figurent dans les statistiques de la CNAMTS (Caisse Nationale de l'Assurance maladie des Travailleurs Salariés). Des études récentes font cependant apparaître l’étendue de ces dépenses dont l’origine est pourtant professionnelle.

Une enquête BVA/REHALTO parue en juin 2017 est explicite : en 2016, 25 % des arrêts de travail avaient un lien avec le travail et, sur cette masse, 27 % étaient liés aux pratiques managériales. L’Institut de veille sanitaire évalue à 480 000 le nombre de salariés et agents du service public en souffrance psychologique. L’Académie de médecine estime à environ 100 000 les salariés et agents victimes d’épuisement professionnel. Plus de 25 % des salariés et agents sont en invalidité pour pathologies psychiques ou psychiatriques.

La CFE-CGC pense que ces troubles psychiques liés à des organisations de travail délétères, à des objectifs impossibles à atteindre et à des journées de travail avec une amplitude excessive, doivent être imputés aux comptes des employeurs.

La CFE-CGC demande que les troubles psychiques liés au travail soient enfin reconnus en maladie professionnelle. Les indemnités, soins et pensions d’invalidité actuellement supportés par l’Assurance maladie seront alors prises en charge par les entreprises à l’origine de ces troubles.

La CFE-CGC est certaine que cela constituera une économie substantielle pour l’Assurance maladie et rejoint sur ce point la ministre de la Santé. Les entreprises et les services publics commenceront alors enfin à faire de la prévention des risques psychosociaux, notamment sur l’épuisement professionnel.

Contact Presse et Institutions :
Pierre Jan :  01 55 30 12 92 - 06 32 05 69 02 - pierre.jan@cfecgc.fr

Lire la suite Lire la suite

La CFE-CGC partage l’avis de la ministre de la Santé sur le coût du management défaillant  Voir?

Agnès Buzyn, ministre de la Santé, a évoqué, le 22 octobre, le coût du management défaillant pris en charge par l’Assurance maladie. La CFE-CGC s’interroge depuis longtemps sur les sommes dépensées dans le cadre des troubles psychiques liés au travail (stress, mal-être, épuisement professionnel).

A ce jour, les arrêts de travail et les pensions d’invalidité ayant pour origine les risques psychosociaux ne sont pas identifiés. Par ailleurs, ils ne rentrent pas dans les statistiques de l’Assurance maladie. Pour autant, cette dernière et les organismes de prévoyance prennent en charge les malades atteints de ces pathologies. Seuls les rares accidents du travail et maladies professionnelles reconnus au titre des risques psychosociaux figurent dans les statistiques de la CNAMTS (Caisse Nationale de l'Assurance maladie des Travailleurs Salariés). Des études récentes font cependant apparaître l’étendue de ces dépenses dont l’origine est pourtant professionnelle.

Une enquête BVA/REHALTO parue en juin 2017 est explicite : en 2016, 25 % des arrêts de travail avaient un lien avec le travail et, sur cette masse, 27 % étaient liés aux pratiques managériales. L’Institut de veille sanitaire évalue à 480 000 le nombre de salariés et agents du service public en souffrance psychologique. L’Académie de médecine estime à environ 100 000 les salariés et agents victimes d’épuisement professionnel. Plus de 25 % des salariés et agents sont en invalidité pour pathologies psychiques ou psychiatriques.

La CFE-CGC pense que ces troubles psychiques liés à des organisations de travail délétères, à des objectifs impossibles à atteindre et à des journées de travail avec une amplitude excessive, doivent être imputés aux comptes des employeurs.

La CFE-CGC demande que les troubles psychiques liés au travail soient enfin reconnus en maladie professionnelle. Les indemnités, soins et pensions d’invalidité actuellement supportés par l’Assurance maladie seront alors prises en charge par les entreprises à l’origine de ces troubles.

La CFE-CGC est certaine que cela constituera une économie substantielle pour l’Assurance maladie et rejoint sur ce point la ministre de la Santé. Les entreprises et les services publics commenceront alors enfin à faire de la prévention des risques psychosociaux, notamment sur l’épuisement professionnel.

Contact Presse et Institutions :
Pierre Jan :  01 55 30 12 92 - 06 32 05 69 02 - pierre.jan@cfecgc.fr

Fermer Fermer

(23/10/2017 : 12:02)

Assurance chômage, formation professionnelle, apprentissage : la CFE-CGC mobilisée  Voir?

Après la récente audition des leaders syndicaux par le président de la République, le gouvernement consulte cette semaine les partenaires sociaux sur les modalités et le calendrier des prochaines réformes. Reçue le 18 octobre à Matignon, la CFE-CGC, amère à l’issue de la concertation sur les ordonnances, a fait valoir ses positions.


  • Trois dossiers, trois méthodes

Les éléments de méthode, le calendrier, et les grands axes des trois prochains dossiers sont précisés. Au terme de son entretien avec Edouard Philippe (Premier ministre), Muriel Pénicaud (ministre du Travail) et Jean-Michel Blanquer (ministre de l'Éducation nationale), François Hommeril a indiqué qu’il y aura bien une négociation nationale interprofessionnelle concernant la formation professionnelle (avec une lettre de cadrage début novembre) et une concertation sur la réforme de l’apprentissage. Quant aux discussions sur l’assurance chômage, celles-ci seront conduites sous une forme multilatérale.

La CFE-CGC se tient prête. "Nous avons rappelé au Premier ministre que nous étions sortis très amers de la phase de concertation sur les ordonnances, indique le président confédéral. Désormais,la CFE-CGC se projette dans les dossiers à venir."

  •  Assurance chômage  

"La CFE-CGC est très attachée au régime actuel, assez exemplaire dans son principe et son fonctionnement a rappelé François Hommeril. Nous sommes ouverts pour travailler sur un régime plus universel intégrant les indépendants mais, en aucun cas, la CFE-CGC ne suivrait l’exécutif sur une démarche qui nous amènerait vers un dispositif qui ne respecterait pas les principes assurantiel et contributif du régime."

  •  Formation professionnelle

L’objectif du gouvernement est de parvenir à un projet de loi en février qui pourrait être présenté au printemps au Parlement. Comme déjà évoqué avec Emmanuel Macron la semaine dernière, la CFE-CGC a réitéré ses doutes quant à l’efficacité des dispositifs de droits individuels à la formation. "Nous préférons les dispositifs mutualisés pris en charge dans une structure permettant d’orienter les salariés et les chômeurs pour travailler notamment sur les requalifications et les transitions de carrière", explique François Hommeril.

La CFE-CGC veillera particulièrement à ce que le congé individuel de formation, un dispositif qui a fait ses preuves et qui fonctionne malgré son sous-financement, ne soit pas absorbé dans un dispositif du type CPF (compte personnel de formation) qui, lui, ne fonctionne pas.

  •  Apprentissage

Sur ce dossier consensuel, "il s’agit de regarder ensemble pourquoi ça ne marche pas et d'agir sur les mentalités et les moyens pour développer l’apprentissage et le rendre plus attractif, résume François Hommeril. Nous avons proposé de réfléchir sur la question des niveaux de diplômes et de la rémunération ainsi que sur la possibilité de rentrer dans un processus d’apprentissage au-delà de l’âge limite actuel, c’est-à-dire 30 ans."

Lire la suite Lire la suite

Assurance chômage, formation professionnelle, apprentissage : la CFE-CGC mobilisée  Voir?

Après la récente audition des leaders syndicaux par le président de la République, le gouvernement consulte cette semaine les partenaires sociaux sur les modalités et le calendrier des prochaines réformes. Reçue le 18 octobre à Matignon, la CFE-CGC, amère à l’issue de la concertation sur les ordonnances, a fait valoir ses positions.


  • Trois dossiers, trois méthodes

Les éléments de méthode, le calendrier, et les grands axes des trois prochains dossiers sont précisés. Au terme de son entretien avec Edouard Philippe (Premier ministre), Muriel Pénicaud (ministre du Travail) et Jean-Michel Blanquer (ministre de l'Éducation nationale), François Hommeril a indiqué qu’il y aura bien une négociation nationale interprofessionnelle concernant la formation professionnelle (avec une lettre de cadrage début novembre) et une concertation sur la réforme de l’apprentissage. Quant aux discussions sur l’assurance chômage, celles-ci seront conduites sous une forme multilatérale.

La CFE-CGC se tient prête. "Nous avons rappelé au Premier ministre que nous étions sortis très amers de la phase de concertation sur les ordonnances, indique le président confédéral. Désormais,la CFE-CGC se projette dans les dossiers à venir."

  •  Assurance chômage  

"La CFE-CGC est très attachée au régime actuel, assez exemplaire dans son principe et son fonctionnement a rappelé François Hommeril. Nous sommes ouverts pour travailler sur un régime plus universel intégrant les indépendants mais, en aucun cas, la CFE-CGC ne suivrait l’exécutif sur une démarche qui nous amènerait vers un dispositif qui ne respecterait pas les principes assurantiel et contributif du régime."

  •  Formation professionnelle

L’objectif du gouvernement est de parvenir à un projet de loi en février qui pourrait être présenté au printemps au Parlement. Comme déjà évoqué avec Emmanuel Macron la semaine dernière, la CFE-CGC a réitéré ses doutes quant à l’efficacité des dispositifs de droits individuels à la formation. "Nous préférons les dispositifs mutualisés pris en charge dans une structure permettant d’orienter les salariés et les chômeurs pour travailler notamment sur les requalifications et les transitions de carrière", explique François Hommeril.

La CFE-CGC veillera particulièrement à ce que le congé individuel de formation, un dispositif qui a fait ses preuves et qui fonctionne malgré son sous-financement, ne soit pas absorbé dans un dispositif du type CPF (compte personnel de formation) qui, lui, ne fonctionne pas.

  •  Apprentissage

Sur ce dossier consensuel, "il s’agit de regarder ensemble pourquoi ça ne marche pas et d'agir sur les mentalités et les moyens pour développer l’apprentissage et le rendre plus attractif, résume François Hommeril. Nous avons proposé de réfléchir sur la question des niveaux de diplômes et de la rémunération ainsi que sur la possibilité de rentrer dans un processus d’apprentissage au-delà de l’âge limite actuel, c’est-à-dire 30 ans."

Fermer Fermer

(22/10/2017 : 11:31)

François Hommeril était l'invité de LCP  Voir?

Lire la suite Lire la suite

François Hommeril était l'invité de LCP  Voir?

Fermer Fermer

(19/10/2017 : 09:37)

Rendez-vous salarial de la fonction publique : la CFE-CGC déçue !  Voir?

A la sortie du rendez-vous salarial de la fonction du 16 octobre, présidé par le ministre de l'Action et des Comptes publics, la Fédération des Services Publics CFE-CGC, représentée par sa présidente, Nathalie Makarski, est déçue !

Les deux sujets évoqués ont été : 

- Le report décidé unilatéralement par le gouvernement de la mise en œuvre du protocole parcours professionnels, carrières et rémunérations (PPCR), signé en 2016 qui garantit aux agents un meilleur déroulement de carrière. La fédération, signataire du protocole, a exprimé sa ferme opposition à tout décalage de l’entrée en vigueur des dispositions règlementaires.

- Hausse de la CSG : nous avons obtenu la compensation intégrale pour tous les agents publics et une révision annuelle de l’indemnité compensatrice. Ces avancées ont été obtenues grâce à la mobilisation du 10 octobre.

En conclusion, l’Etat ne tient pas parole. Plus que jamais, la Fédération des Services Publics CFE-CGC appelle tous les agents à rester mobilisés.

Contact presse : Nathalie Makarski, Présidente de la Fédération des Services Publics CFE-CGC
06 07 12 06 88 – presidente@cfecgcfp.org

Lire la suite Lire la suite

Rendez-vous salarial de la fonction publique : la CFE-CGC déçue !  Voir?

A la sortie du rendez-vous salarial de la fonction du 16 octobre, présidé par le ministre de l'Action et des Comptes publics, la Fédération des Services Publics CFE-CGC, représentée par sa présidente, Nathalie Makarski, est déçue !

Les deux sujets évoqués ont été : 

- Le report décidé unilatéralement par le gouvernement de la mise en œuvre du protocole parcours professionnels, carrières et rémunérations (PPCR), signé en 2016 qui garantit aux agents un meilleur déroulement de carrière. La fédération, signataire du protocole, a exprimé sa ferme opposition à tout décalage de l’entrée en vigueur des dispositions règlementaires.

- Hausse de la CSG : nous avons obtenu la compensation intégrale pour tous les agents publics et une révision annuelle de l’indemnité compensatrice. Ces avancées ont été obtenues grâce à la mobilisation du 10 octobre.

En conclusion, l’Etat ne tient pas parole. Plus que jamais, la Fédération des Services Publics CFE-CGC appelle tous les agents à rester mobilisés.

Contact presse : Nathalie Makarski, Présidente de la Fédération des Services Publics CFE-CGC
06 07 12 06 88 – presidente@cfecgcfp.org

Fermer Fermer

(18/10/2017 : 10:22)

Manifestation du 19 octobre : la CFE-CGC ne change pas de position  Voir?

La confédération CFE-CGC a participé à l’intersyndicale du 9 octobre et a proposé aux organisations présentes de manifester leur opposition unanime aux ordonnances au travers d’un mouvement unitaire pour en témoigner.

A ce stade, la réunion de toutes les organisations syndicales dans un même mouvement de protestation n’étant pas envisagé, la CFE-CGC n’appelle pas à manifester le 19 octobre, lors de la journée d’action définie par la CGT.

Comme pour les mouvements des 12 et 21 septembre, les fédérations de la CFE-CGC restent libres d’appeler à rejoindre le mouvement du 19 octobre. La confédération place ses structures territoriales au service des militants qui souhaitent se mobiliser ce jour à l’appel de leur fédération.

Une nouvelle réunion intersyndicale est programmée le 24 octobre. La CFE-CGC y participera avec le même mandat de proposer une manifestation unitaire du rejet des ordonnances par l’ensemble des organisations syndicales, quelles qu’en soient la forme et la date.

Cette position de l’organisation été validée à l’unanimité des fédérations le 11 octobre.

Contact Presse et Institutions :
Pierre Jan :  01 55 30 12 92 - 06 32 05 69 02 - pierre.jan@cfecgc.fr

Lire la suite Lire la suite

Manifestation du 19 octobre : la CFE-CGC ne change pas de position  Voir?

La confédération CFE-CGC a participé à l’intersyndicale du 9 octobre et a proposé aux organisations présentes de manifester leur opposition unanime aux ordonnances au travers d’un mouvement unitaire pour en témoigner.

A ce stade, la réunion de toutes les organisations syndicales dans un même mouvement de protestation n’étant pas envisagé, la CFE-CGC n’appelle pas à manifester le 19 octobre, lors de la journée d’action définie par la CGT.

Comme pour les mouvements des 12 et 21 septembre, les fédérations de la CFE-CGC restent libres d’appeler à rejoindre le mouvement du 19 octobre. La confédération place ses structures territoriales au service des militants qui souhaitent se mobiliser ce jour à l’appel de leur fédération.

Une nouvelle réunion intersyndicale est programmée le 24 octobre. La CFE-CGC y participera avec le même mandat de proposer une manifestation unitaire du rejet des ordonnances par l’ensemble des organisations syndicales, quelles qu’en soient la forme et la date.

Cette position de l’organisation été validée à l’unanimité des fédérations le 11 octobre.

Contact Presse et Institutions :
Pierre Jan :  01 55 30 12 92 - 06 32 05 69 02 - pierre.jan@cfecgc.fr

Fermer Fermer

(16/10/2017 : 19:38)

Santé au travail : de l’importance d’impliquer les salariés  Voir?

Une étude de la Dares souligne combien la participation des salariés aux décisions de l’entreprise et la qualité de l’information réduisent les risques dépressifs et les troubles psychiques. Plus largement, la CFE-CGC rappelle que la qualité de vie au travail est un facteur déterminant pour les salariés et l’entreprise.


Dans un monde du travail en profonde mutation marqué par de nombreux changements en entreprise (organisation du travail, déménagement, restructuration, plan de licenciement, rachat, nouvelle direction…), le fait de consulter, d’informer et d’écouter les salariés constitue le meilleur moyen de limiter les risques dépressifs chez les salariés. Telle est, en résumé, la principale conclusion d’une étude publiée le 25 septembre par la direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares).

  • Insécurité au travail et dégradation de la santé mentale

Menée auprès de 34 000 personnes, l’étude met en exergue que les changements organisationnels, qui ont concerné quatre salariés sur dix en 2013, "peuvent être un facteur d’insécurité pour les salariés, du public comme du privé, et contribuer à dégrader leur santé mentale". Or, les effets de ces changements dépendent beaucoup de la qualité de l’information des salariés et de leur consultation : "Les salariés bien informés présentent moins souvent un symptôme dépressif que ceux qui ne l’ont pas été ; c’est encore plus vrai pour les salariés qui jugent avoir influencé les modalités du changement", soulignent les auteurs.

Parmi les salariés qui font part d'au moins un changement, 56 % estiment "avoir reçu une information suffisante et adaptée" et 17 % ont eu "l'impression d'avoir une influence sur la mise en oeuvre de ces changements". Chez ces derniers, seulement 6 % présentent un symptôme dépressif, contre 21 % chez ceux qui estiment n'avoir été ni informés ni consultés… Précisons par ailleurs que les salariés qui connaissent simultanément l'insécurité liée à des changements imprévisibles et l'insécurité de l'emploi ont un risque 2.8 fois supérieur de présenter un symptôme dépressif que les autres, indique la Dares.

A noter également : la crainte pour son emploi est également corrélée à la nature du contrat de travail puisque cette crainte concerne 45 % des salariés en contrat court (CDD, intérim, apprentis, emplois aidés…) contre 23 % des salariés en CDI et 10 % des fonctionnaires.

  • Les cadres mieux informés, plus consultés et plus écoutés

"Plus proches des niveaux de décision", les cadres sont mieux informés (63 % contre 56 % pour l’ensemble), plus consultés et surtout plus écoutés (24 % contre 17 %) que les autres catégories de salariés, met en avant l’étude. A contrario, les salariés les moins autonomes se disent "beaucoup moins souvent informés, consultés et écoutés que les autres".

Enfin, notons que les salariés couverts par un Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) - amené à disparaître avec la fusion des instances représentatives du personnel entérinée par les ordonnances sur la réforme du Code du travail - se déclarent mieux informés que les salariés ne disposant pas d’une telle structure...

  • La CFE-CGC et la qualité de vie au travail

Pour la CFE-CGC, la QVT a un lien direct avec la santé physique et mentale des salariés, et avec l’efficacité, l’innovation, la performance et la compétitivité de l’entreprise. Alors que le travail est en pleine mutation, la CFE-CGC rappelle également combien les salariés de l’encadrement (cadres, techniciens, managers…) sont en première ligne. "Dans une société du service qui sollicite ardemment l’activité cérébrale (réflexion, concentration, adaptation, minutie, mémoire, traitement d’informations), et qui prône l’urgence et l’hyper connexion, la charge de travail cognitive et émotionnelle s’accroît, et doit plus que jamais faire l’objet d’une vigilance accrue", explique Martine Keryer, secrétaire nationale confédérale du secteur santé au travail et handicap.

Afin de prévenir toute atteinte à la santé des salariés, il est donc impératif, pour la CFE-CGC, de veiller à ce que les objectifs professionnels soient raisonnables. Et de prévoir un suivi de la charge de travail des cadres et des techniciens.

Mathieu Bahuet

Lire la suite Lire la suite

Santé au travail : de l’importance d’impliquer les salariés  Voir?

Une étude de la Dares souligne combien la participation des salariés aux décisions de l’entreprise et la qualité de l’information réduisent les risques dépressifs et les troubles psychiques. Plus largement, la CFE-CGC rappelle que la qualité de vie au travail est un facteur déterminant pour les salariés et l’entreprise.


Dans un monde du travail en profonde mutation marqué par de nombreux changements en entreprise (organisation du travail, déménagement, restructuration, plan de licenciement, rachat, nouvelle direction…), le fait de consulter, d’informer et d’écouter les salariés constitue le meilleur moyen de limiter les risques dépressifs chez les salariés. Telle est, en résumé, la principale conclusion d’une étude publiée le 25 septembre par la direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares).

  • Insécurité au travail et dégradation de la santé mentale

Menée auprès de 34 000 personnes, l’étude met en exergue que les changements organisationnels, qui ont concerné quatre salariés sur dix en 2013, "peuvent être un facteur d’insécurité pour les salariés, du public comme du privé, et contribuer à dégrader leur santé mentale". Or, les effets de ces changements dépendent beaucoup de la qualité de l’information des salariés et de leur consultation : "Les salariés bien informés présentent moins souvent un symptôme dépressif que ceux qui ne l’ont pas été ; c’est encore plus vrai pour les salariés qui jugent avoir influencé les modalités du changement", soulignent les auteurs.

Parmi les salariés qui font part d'au moins un changement, 56 % estiment "avoir reçu une information suffisante et adaptée" et 17 % ont eu "l'impression d'avoir une influence sur la mise en oeuvre de ces changements". Chez ces derniers, seulement 6 % présentent un symptôme dépressif, contre 21 % chez ceux qui estiment n'avoir été ni informés ni consultés… Précisons par ailleurs que les salariés qui connaissent simultanément l'insécurité liée à des changements imprévisibles et l'insécurité de l'emploi ont un risque 2.8 fois supérieur de présenter un symptôme dépressif que les autres, indique la Dares.

A noter également : la crainte pour son emploi est également corrélée à la nature du contrat de travail puisque cette crainte concerne 45 % des salariés en contrat court (CDD, intérim, apprentis, emplois aidés…) contre 23 % des salariés en CDI et 10 % des fonctionnaires.

  • Les cadres mieux informés, plus consultés et plus écoutés

"Plus proches des niveaux de décision", les cadres sont mieux informés (63 % contre 56 % pour l’ensemble), plus consultés et surtout plus écoutés (24 % contre 17 %) que les autres catégories de salariés, met en avant l’étude. A contrario, les salariés les moins autonomes se disent "beaucoup moins souvent informés, consultés et écoutés que les autres".

Enfin, notons que les salariés couverts par un Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) - amené à disparaître avec la fusion des instances représentatives du personnel entérinée par les ordonnances sur la réforme du Code du travail - se déclarent mieux informés que les salariés ne disposant pas d’une telle structure...

  • La CFE-CGC et la qualité de vie au travail

Pour la CFE-CGC, la QVT a un lien direct avec la santé physique et mentale des salariés, et avec l’efficacité, l’innovation, la performance et la compétitivité de l’entreprise. Alors que le travail est en pleine mutation, la CFE-CGC rappelle également combien les salariés de l’encadrement (cadres, techniciens, managers…) sont en première ligne. "Dans une société du service qui sollicite ardemment l’activité cérébrale (réflexion, concentration, adaptation, minutie, mémoire, traitement d’informations), et qui prône l’urgence et l’hyper connexion, la charge de travail cognitive et émotionnelle s’accroît, et doit plus que jamais faire l’objet d’une vigilance accrue", explique Martine Keryer, secrétaire nationale confédérale du secteur santé au travail et handicap.

Afin de prévenir toute atteinte à la santé des salariés, il est donc impératif, pour la CFE-CGC, de veiller à ce que les objectifs professionnels soient raisonnables. Et de prévoir un suivi de la charge de travail des cadres et des techniciens.

Mathieu Bahuet

Fermer Fermer

(22/10/2017 : 13:24)

Assurance chômage, formation professionnelle, apprentissage : la CFE-CGC souhaite des négociations préalables entre partenaires sociaux  Voir?

Reçu le 12 octobre par Emmanuel Macron, François Hommeril a fait part au président de la République de l’opposition critique de la CFE-CGC aux ordonnances réformant le Code du travail qui amoindrissent les droits des salariés, et rappelé combien la méthode de concertation imposée par le gouvernement n’était pas adaptée. Le président confédéral a par ailleurs évoqué les prochaines réformes voulues par l’exécutif (assurance chômage, formation professionnelle et apprentissage), pour lesquelles la CFE-CGC souhaite des phases préalables de négociation entre partenaires sociaux

 

  • Assurance chômage : préserver le caractère assurantiel du régime

"Pour la CFE-CGC, il est impératif de conserver le caractère contributif, assurantiel et solidaire du régime actuel géré par les partenaires sociaux dans lequel l’indemnisation chômage est proportionnelle au salaire antérieur pris en compte pour la cotisation", résume François Hommeril. La CFE-CGC rappelle par ailleurs que le personnel d’encadrement (techniciens, cadres, agents de maîtrise) contribue à hauteur de 25 % de contribution nette (40 % des cotisations, 15 % de dépenses) au régime de l’assurance chômage !


Alors que le gouvernement souhaite ouvrir l'assurance chômage aux indépendants et aux démissionnaires, la CFE-CGC fait valoir que les prévisions sont aujourd’hui particulièrement inquiétantes puisque l'indemnisation des démissionnaires, sur les chiffres actuels de démission (supérieurs à un million), pourrait générer un surcoût assurantiel estimé au minimum à 8 milliards d'euros. L'indemnisation des démissionnaires, par effet d'aubaine, occasionnerait un risque économique important, avertit la CFE-CGC.

  • Formation professionnelle : des doutes sur l’individualisation des droits

"Pour notre organisation, la formation professionnelle est un dispositif clé pour la compétitivité économique", rappelle au préalable François Hommeril. Sur ce dossier, la CFE-CGC exprime de grands doutes sur l’individualisation des droits et le peu d’impact positif économique d’un tel dispositif. A ce titre, la CFE-CGC veillera notamment à ce que le congé individuel de formation ne soit pas absorbé dans un dispositif du type CPF (compte personnel de formation).

  • Apprentissage : un consensus à concrétiser

"Voilà un dossier qui n’est pas politique, indique François Hommeril. Tout le monde est d’avis qu’il faut développer l’apprentissage et répondre aux problèmes de terrain pour permettre aux personnes, dans un processus de qualification, d’intégrer de manière plus fluide les entreprises." Pour la CFE-CGC, il faut d’abord savoir pourquoi il est aujourd’hui plus coûteux que bénéfique, pour les entreprises, d’accueillir des apprentis.

  • Non à la concertation, oui à de vraies négociations par dossier

La CFE-CGC l’a martelé ces derniers mois : outre les effets néfastes des ordonnances - notamment la fusion forcée des instances représentatives du personnel - la méthode de la concertation telle qu’elle s’est déroulée sur la réforme du Code du travail n’est pas adaptée. "Nous voulons des dossiers séparés, des consultations et de vraies phases de négociation", prévient François Hommeril.

Emmanuel Macron s’est engagé à ce que les trois dossiers soient traités en blocs séparés avec une phase de négociation. Sans plus de précision quant à la forme que celle-ci pourrait prendre. "Quel que soit le dossier, la CFE-CGC souhaite que les partenaires sociaux aient une phase préalable de négociation, déclare François Hommeril. Je crois en la force de la négociation et dans la qualité du dialogue social pour générer des compromis de qualité."
 

  • Agenda social : la CFE-CGC reçue à Matignon le 18 octobre

Après l’Elysée les 12 et 13 octobre, les partenaires sociaux seront reçus la semaine prochaine à Matignon (la CFE-CGC le 18 octobre) par le Premier ministre, Edouard Philippe, et les ministres concernés. 

Lire la suite Lire la suite

Assurance chômage, formation professionnelle, apprentissage : la CFE-CGC souhaite des négociations préalables entre partenaires sociaux  Voir?

Reçu le 12 octobre par Emmanuel Macron, François Hommeril a fait part au président de la République de l’opposition critique de la CFE-CGC aux ordonnances réformant le Code du travail qui amoindrissent les droits des salariés, et rappelé combien la méthode de concertation imposée par le gouvernement n’était pas adaptée. Le président confédéral a par ailleurs évoqué les prochaines réformes voulues par l’exécutif (assurance chômage, formation professionnelle et apprentissage), pour lesquelles la CFE-CGC souhaite des phases préalables de négociation entre partenaires sociaux

 

  • Assurance chômage : préserver le caractère assurantiel du régime

"Pour la CFE-CGC, il est impératif de conserver le caractère contributif, assurantiel et solidaire du régime actuel géré par les partenaires sociaux dans lequel l’indemnisation chômage est proportionnelle au salaire antérieur pris en compte pour la cotisation", résume François Hommeril. La CFE-CGC rappelle par ailleurs que le personnel d’encadrement (techniciens, cadres, agents de maîtrise) contribue à hauteur de 25 % de contribution nette (40 % des cotisations, 15 % de dépenses) au régime de l’assurance chômage !


Alors que le gouvernement souhaite ouvrir l'assurance chômage aux indépendants et aux démissionnaires, la CFE-CGC fait valoir que les prévisions sont aujourd’hui particulièrement inquiétantes puisque l'indemnisation des démissionnaires, sur les chiffres actuels de démission (supérieurs à un million), pourrait générer un surcoût assurantiel estimé au minimum à 8 milliards d'euros. L'indemnisation des démissionnaires, par effet d'aubaine, occasionnerait un risque économique important, avertit la CFE-CGC.

  • Formation professionnelle : des doutes sur l’individualisation des droits

"Pour notre organisation, la formation professionnelle est un dispositif clé pour la compétitivité économique", rappelle au préalable François Hommeril. Sur ce dossier, la CFE-CGC exprime de grands doutes sur l’individualisation des droits et le peu d’impact positif économique d’un tel dispositif. A ce titre, la CFE-CGC veillera notamment à ce que le congé individuel de formation ne soit pas absorbé dans un dispositif du type CPF (compte personnel de formation).

  • Apprentissage : un consensus à concrétiser

"Voilà un dossier qui n’est pas politique, indique François Hommeril. Tout le monde est d’avis qu’il faut développer l’apprentissage et répondre aux problèmes de terrain pour permettre aux personnes, dans un processus de qualification, d’intégrer de manière plus fluide les entreprises." Pour la CFE-CGC, il faut d’abord savoir pourquoi il est aujourd’hui plus coûteux que bénéfique, pour les entreprises, d’accueillir des apprentis.

  • Non à la concertation, oui à de vraies négociations par dossier

La CFE-CGC l’a martelé ces derniers mois : outre les effets néfastes des ordonnances - notamment la fusion forcée des instances représentatives du personnel - la méthode de la concertation telle qu’elle s’est déroulée sur la réforme du Code du travail n’est pas adaptée. "Nous voulons des dossiers séparés, des consultations et de vraies phases de négociation", prévient François Hommeril.

Emmanuel Macron s’est engagé à ce que les trois dossiers soient traités en blocs séparés avec une phase de négociation. Sans plus de précision quant à la forme que celle-ci pourrait prendre. "Quel que soit le dossier, la CFE-CGC souhaite que les partenaires sociaux aient une phase préalable de négociation, déclare François Hommeril. Je crois en la force de la négociation et dans la qualité du dialogue social pour générer des compromis de qualité."
 

  • Agenda social : la CFE-CGC reçue à Matignon le 18 octobre

Après l’Elysée les 12 et 13 octobre, les partenaires sociaux seront reçus la semaine prochaine à Matignon (la CFE-CGC le 18 octobre) par le Premier ministre, Edouard Philippe, et les ministres concernés. 

Fermer Fermer

(17/10/2017 : 10:55)

Le CIES dénonce la rétroactivité des prélèvements sociaux  Voir?

Le Gouvernement a annoncé sa volonté d’introduire dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale une taxation rétroactive des plans d’épargne d’entreprise.

L’intéressement et la participation, logés dans les plans d’épargne en entreprise (PEE) et les plans d’épargne pour la retraite collectifs (PERCO), devraient en effet subir à l’avenir des hausses rétroactives des prélèvements sociaux. Les épargnants se verraient appliquer uniformément le taux en vigueur au moment du dénouement du plan.

Cette disposition est particulièrement choquante pour une épargne bloquée. Les épargnants peuvent en effet choisir de placer participation et intéressement ou de les toucher. Le changement rétroactif des conditions d’imposition ne permet pas à l’épargnant de faire ce choix en toute connaissance de cause et remet en question sa confiance légitime dans la loi fiscale. Il incitera par ailleurs à sortir des plans dès leur période de blocage passée afin d’éviter des conditions rétroactives changeantes au détriment de l’épargne et de l’investissement de long terme.

Le Comité intersyndical de l’épargne salariale (CIES), qui réunit depuis 2002 la CFDT, la CFE-CGC, la CFTC et la CGT, s’interroge sur la constitutionnalité d’un tel prélèvement rétroactif et demande au Gouvernement de revenir sur son projet.

Contacts presse :
Pascal Maniez (CFE-CGC): maniez@ci-es.org – 06.88.42.59.06

Alexis Masse (CFDT) : amasse@ci-es.org – 06.70.24.36.53
Geoffroy De Vienne (CFTC) : devienne@ci-es.org – 06.09.18.00.48
Pierre-Yves Chanu (CGT) : chanu@ci-es.org – 06.83.83.03.93

Lire la suite Lire la suite

Le CIES dénonce la rétroactivité des prélèvements sociaux  Voir?

Le Gouvernement a annoncé sa volonté d’introduire dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale une taxation rétroactive des plans d’épargne d’entreprise.

L’intéressement et la participation, logés dans les plans d’épargne en entreprise (PEE) et les plans d’épargne pour la retraite collectifs (PERCO), devraient en effet subir à l’avenir des hausses rétroactives des prélèvements sociaux. Les épargnants se verraient appliquer uniformément le taux en vigueur au moment du dénouement du plan.

Cette disposition est particulièrement choquante pour une épargne bloquée. Les épargnants peuvent en effet choisir de placer participation et intéressement ou de les toucher. Le changement rétroactif des conditions d’imposition ne permet pas à l’épargnant de faire ce choix en toute connaissance de cause et remet en question sa confiance légitime dans la loi fiscale. Il incitera par ailleurs à sortir des plans dès leur période de blocage passée afin d’éviter des conditions rétroactives changeantes au détriment de l’épargne et de l’investissement de long terme.

Le Comité intersyndical de l’épargne salariale (CIES), qui réunit depuis 2002 la CFDT, la CFE-CGC, la CFTC et la CGT, s’interroge sur la constitutionnalité d’un tel prélèvement rétroactif et demande au Gouvernement de revenir sur son projet.

Contacts presse :
Pascal Maniez (CFE-CGC): maniez@ci-es.org – 06.88.42.59.06

Alexis Masse (CFDT) : amasse@ci-es.org – 06.70.24.36.53
Geoffroy De Vienne (CFTC) : devienne@ci-es.org – 06.09.18.00.48
Pierre-Yves Chanu (CGT) : chanu@ci-es.org – 06.83.83.03.93

Fermer Fermer

(11/10/2017 : 11:24)

François Hommeril était l'invité de Franceinfo  Voir?

Lire la suite Lire la suite

François Hommeril était l'invité de Franceinfo  Voir?

Fermer Fermer

(09/10/2017 : 10:20)

Mobilisation des fonctions publiques  Voir?

Lire la suite Lire la suite

Mobilisation des fonctions publiques  Voir?

Fermer Fermer

(10/10/2017 : 15:15)

Loi Travail : une réforme sans impact sur l'emploi (MAG oct 2017)  Voir?

Alors que les ordonnances réformant le Code du travail sont désormais connues, François Hommeril, président de la CFE-CGC, nous explique la position de la Confédération face à ce choc social.

 

Lire la suite Lire la suite

Loi Travail : une réforme sans impact sur l'emploi (MAG oct 2017)  Voir?

Alors que les ordonnances réformant le Code du travail sont désormais connues, François Hommeril, président de la CFE-CGC, nous explique la position de la Confédération face à ce choc social.

 

Fermer Fermer

(06/10/2017 : 16:06)

(06/10/2017 : 16:07)

La preuve !  Voir?

L'accord conclu cette nuit entre le patronat du transport et l'ensemble des organisations syndicales du secteur apporte la preuve éclatante de la nocivité sociale et économique des ordonnances travail.

En effet, en s'interdisant de déroger aux accords de branche sur les éléments de rémunération, les signataires décident unanimement de préserver les niveaux de salaires et ainsi d'empêcher la concurrence déloyale par le dumping social.

Ils démontrent, de fait, que la possibilité de déroger aux normes conventionnelles de salaires, ouverte par les ordonnances "travail" est une invitation à baisser les salaires sous les contraintes de marché. Le gouvernement peut multiplier les explications obscures ou alambiquées pour justifier son recul sur le secteur des transports, c'est bien "l'esprit" de précarité et de flexibilité de sa loi qui est battu en brèche.

La CFE-CGC se réjouit de cet accord et félicite les partenaires sociaux du secteur des transports pour leur maturité et leur sens des responsabilités.

La CFE-CGC espère que forts de cet exemple bienvenu, d'autres secteurs sauront vite se mettre à l'abri du désordre social que les ordonnances travail organisent.

Contact Presse et Institutions : Pierre JAN :  01 55 30 12 92 - 06 32 05 69 02 - pierre.jan@cfecgc.fr

Lire la suite Lire la suite

La preuve !  Voir?

L'accord conclu cette nuit entre le patronat du transport et l'ensemble des organisations syndicales du secteur apporte la preuve éclatante de la nocivité sociale et économique des ordonnances travail.

En effet, en s'interdisant de déroger aux accords de branche sur les éléments de rémunération, les signataires décident unanimement de préserver les niveaux de salaires et ainsi d'empêcher la concurrence déloyale par le dumping social.

Ils démontrent, de fait, que la possibilité de déroger aux normes conventionnelles de salaires, ouverte par les ordonnances "travail" est une invitation à baisser les salaires sous les contraintes de marché. Le gouvernement peut multiplier les explications obscures ou alambiquées pour justifier son recul sur le secteur des transports, c'est bien "l'esprit" de précarité et de flexibilité de sa loi qui est battu en brèche.

La CFE-CGC se réjouit de cet accord et félicite les partenaires sociaux du secteur des transports pour leur maturité et leur sens des responsabilités.

La CFE-CGC espère que forts de cet exemple bienvenu, d'autres secteurs sauront vite se mettre à l'abri du désordre social que les ordonnances travail organisent.

Contact Presse et Institutions : Pierre JAN :  01 55 30 12 92 - 06 32 05 69 02 - pierre.jan@cfecgc.fr

Fermer Fermer

(05/10/2017 : 16:02)

François Hommeril aux côtés des salariés du secteur public  Voir?

François Hommeril, président de la CFE-CGC, sera présent avec l'ensemble des centrales syndicale du secteur public lors de la manifestation du 10 octobre à Paris, place de la République à 14h00.


Lire la suite Lire la suite

François Hommeril aux côtés des salariés du secteur public  Voir?

François Hommeril, président de la CFE-CGC, sera présent avec l'ensemble des centrales syndicale du secteur public lors de la manifestation du 10 octobre à Paris, place de la République à 14h00.


Fermer Fermer

(04/10/2017 : 15:10)

Evaluation du comité de suivi du CICE  Voir?

Effets positifs sur l’emploi : très faibles. Effets positifs sur la rémunération des actionnaires : records !     

 
Alors que l’évaluation du Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) porte désormais sur trois années de déploiement, le rapport 2017 du comité de suivi du CICE conclut une fois de plus à un effet très faible et difficilement quantifiable sur l’emploi et à « l’absence d’impact de court terme du CICE sur l’investissement, la recherche et développement et les exportations ».

Que sont alors devenus les 65 milliards d’euros que la collectivité nationale a dépensés en quatre ans pour ce dispositif ?

Le seul résultat vraiment tangible de l’évaluation est que « le CICE a conduit à une amélioration des marges des entreprises ». L’axiome « les bénéfices d’aujourd’hui sont les investissements de demain et les emplois d’après-demain », souvent cité pour justifier l’intérêt de profits en augmentation, s’avère donc aujourd’hui complètement démenti par les faits. L’amélioration des marges des grandes entreprises a été d’abord affectée par leurs dirigeants à une augmentation de la rémunération des actionnaires au niveau record (rien que pour les sociétés du CAC 40), de 56 Mds€ en 2016.

Pour la CFE-CGC, le rapport 2017 confirme l’inefficacité du CICE. Il ne faut en attendre aucun effet positif si cet effort majeur consenti par la collectivité n’est pas orienté prioritairement vers l’investissement en France (innovation, recherche et développement et investissement productif), afin qu’il y ait un retour sur investissement réel pour notre pays.

Des inflexions fortes sont indispensables pour mettre fin à la gabegie du CICE. La CFE-CGC réitère ses demandes :

  • Mieux cibler les mesures de soutien à l’économie : la mise en place de dispositions favorables à la compétitivité des secteurs exportateurs est indispensable pour enrayer le déficit croissant de notre commerce extérieur,
  • Adopter des dispositions permettant de garantir un retour sur investissement des efforts consentis par la collectivité nationale et d’atténuer fortement les effets d’aubaine des mesures d’aide aux entreprises : La CFE-CGC prône des mesures fortes de réforme de la gouvernance des entreprises pour mieux prendre en compte leur intérêt social : mesures d’aide au renforcement de l’actionnariat salarié, augmentation de la représentation des salariés dans les organes de gouvernance.

Sans ces mesures complémentaires déterminantes, les effets positifs du CICE sur l’économie et l’emploi se feront encore attendre longtemps !

Contact Presse et Institutions 
Pierre Jan : 01 55 30 12 92 - 06 32 05 69 02 - pierre.jan@cfecgc.fr

Lire la suite Lire la suite

Evaluation du comité de suivi du CICE  Voir?

Effets positifs sur l’emploi : très faibles. Effets positifs sur la rémunération des actionnaires : records !     

 
Alors que l’évaluation du Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) porte désormais sur trois années de déploiement, le rapport 2017 du comité de suivi du CICE conclut une fois de plus à un effet très faible et difficilement quantifiable sur l’emploi et à « l’absence d’impact de court terme du CICE sur l’investissement, la recherche et développement et les exportations ».

Que sont alors devenus les 65 milliards d’euros que la collectivité nationale a dépensés en quatre ans pour ce dispositif ?

Le seul résultat vraiment tangible de l’évaluation est que « le CICE a conduit à une amélioration des marges des entreprises ». L’axiome « les bénéfices d’aujourd’hui sont les investissements de demain et les emplois d’après-demain », souvent cité pour justifier l’intérêt de profits en augmentation, s’avère donc aujourd’hui complètement démenti par les faits. L’amélioration des marges des grandes entreprises a été d’abord affectée par leurs dirigeants à une augmentation de la rémunération des actionnaires au niveau record (rien que pour les sociétés du CAC 40), de 56 Mds€ en 2016.

Pour la CFE-CGC, le rapport 2017 confirme l’inefficacité du CICE. Il ne faut en attendre aucun effet positif si cet effort majeur consenti par la collectivité n’est pas orienté prioritairement vers l’investissement en France (innovation, recherche et développement et investissement productif), afin qu’il y ait un retour sur investissement réel pour notre pays.

Des inflexions fortes sont indispensables pour mettre fin à la gabegie du CICE. La CFE-CGC réitère ses demandes :

  • Mieux cibler les mesures de soutien à l’économie : la mise en place de dispositions favorables à la compétitivité des secteurs exportateurs est indispensable pour enrayer le déficit croissant de notre commerce extérieur,
  • Adopter des dispositions permettant de garantir un retour sur investissement des efforts consentis par la collectivité nationale et d’atténuer fortement les effets d’aubaine des mesures d’aide aux entreprises : La CFE-CGC prône des mesures fortes de réforme de la gouvernance des entreprises pour mieux prendre en compte leur intérêt social : mesures d’aide au renforcement de l’actionnariat salarié, augmentation de la représentation des salariés dans les organes de gouvernance.

Sans ces mesures complémentaires déterminantes, les effets positifs du CICE sur l’économie et l’emploi se feront encore attendre longtemps !

Contact Presse et Institutions 
Pierre Jan : 01 55 30 12 92 - 06 32 05 69 02 - pierre.jan@cfecgc.fr

Fermer Fermer

(04/10/2017 : 11:51)

"La CFE-CGC est mobilisée au quotidien face à toutes les formes de handicap"  Voir?

Accès aux droits, à l’emploi et au logement, égalité des chances, problématiques du financement et des aidants familiaux : Christophe Roth réagit aux récentes annonces gouvernementales sur le handicap. Le délégué national CFE-CGC rappelle également l’engagement quotidien et les actions menées par le syndicat de l’encadrement au service des salariés en situation de handicap. Entretien.


A l’occasion du comité interministériel du handicap (CIH), le Premier ministre Edouard Philippe a dévoilé, le 20 septembre dernier, la feuille de route du gouvernement afin d’améliorer la situation des personnes handicapées. Qu’en retenez-vous ?

Beaucoup d’annonces ont été faites pour moderniser l’accès aux droits et notamment raccourcir les délais d’obtention de la reconnaissance administrative de la qualité de travailleur handicapé (RQTH) auprès des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH). Notons également la revalorisation de l’Allocation adulte handicapée (AAH), qui passera progressivement de 810,89 € par mois actuellement pour une personne seule à 900 € d’ici novembre 2019.

  • « La CFE-CGC reste mesurée quant aux annonces gouvernementales »

Ces annonces sont-elles conformes aux attentes de la CFE-CGC ?

Nous restons mesurés. La CFE-CGC salue le volontarisme affiché sur des champs comme l’accès aux droits, la scolarité et l’égalité des chances, l’insertion professionnelle ou encore l’accessibilité au logement, aux bâtiments et aux loisirs. Ces annonces vont plutôt dans le bon sens et sont conformes à l’esprit de la loi du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. En revanche, la CFE-CGC s’inquiète de ne pas avoir eu d’annonces concernant les emplois et la compensation des personnes en situation de handicap dans le privé comme le public. Nous sommes également très dubitatifs sur la question des moyens alors que fondent les réserves du Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP) et celles de l’Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des handicapés (AGEFIPH) dans le privé.

La CFE-CGC a fait part de son amertume suite à la baisse de 25 % du budget du FIPHFP

Cette décision n’a été ni validée par le comité national du FIPHFP, ni par les commissions ou groupes de travail. Pire : le débat à la convention d'objectifs et de gestion (COG) entre l’Etat, les associations et les organisations syndicales, n’a pas eu lieu. Pour la direction du FIPHFP, seule une contribution de 15 euros par agent financerait le maintien dans l’emploi sur 10 ou 15 ans des bénéficiaires du FIPHFP. Pour la CFE-CGC, il est inacceptable de demander aux agents des fonctions publiques cette contribution supplémentaire ! L’Etat a déjà ponctionné trois fois 29 millions d’euros sur le FIPHFP et le même montant sur l’AGEFIPH pour couvrir d’autres besoins de financement et d’autres politiques publiques que le handicap.

Que préconise la CFE-CGC ?

Il est impératif de maintenir et de sécuriser l'AGEFIPH (une association) et le FIPHFP (gérée par la Caisse des Dépôts), chacun avec son modèle spécifique. Pour le FIPHFP, la CFE-CGC propose que l’Education nationale, qui compte un million d’agents, contribue à son financement à l’instar de tous les autres ministères.

  • « La CFE-CGC milite depuis des années pour bâtir une politique volontariste à destination des aidants familiaux »

Quid des dispositions à destination des aidants familiaux ?

Le président de la République s’est engagé à s’emparer du dossier. La CFE-CGC se montrera vigilante et fera valoir ses propositions : mise à disposition d’infos sur les démarches administratives, congés supplémentaires rémunérés, maintien des cotisations à temps plein dans le cadre du passage au temps partiel, suivi médical renforcé, modalités spécifiques relatives au télétravail et création d’un congé pour solidarité familiale. La CFE-CGC milite depuis des années pour bâtir une politique volontariste pour les aidants familiaux. C’est un sujet majeur.

Pour quelle raison ? 

Il y a environ 8 millions de personnes - dont la moitié avec une activité professionnelle - qui accompagnent un proche qui est malade ou dépendant. La réalité de terrain est claire : les aidants familiaux salariés sont trop souvent confrontés à l'obligation dramatique de choisir entre leur position d'aidant et leur situation professionnelle. Avec tout ce que cela entraîne : absentéisme, perte de rémunération, hypothèque sur la future retraite… Un colloque sur les aidants familiaux se tiendra le 5 décembre à Paris, organisé par l’union locale du 17e arrondissement et l’URIF, avec le soutien de la confédération.

A l’image des conventions successives signées avec l'AGEFIPH, la CFE-CGC est reconnue, dans le monde du travail et le paysage institutionnel, comme un acteur incontournable sur le handicap.


La CFE-CGC poursuit, sans relâche, son combat quotidien pour conseiller, assister et représenter les travailleurs handicapés et les salariés dont un proche est handicapé. Nous sommes plus que jamais mobilisés pour faire face à toutes les évolutions sociétales et au développement de nouvelles formes de handicap, en particulier le handicap psychique. La dernière convention signée en novembre 2016 avec l'AGEFIPH nous engage à une prise en compte de cette pathologie, qui reste méconnue. Le handicap psychique est pourtant la première cause d’arrêt de travail selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour qui, d’ici 2020, la pathologie deviendra la première cause de handicap dans le monde.

  • « Cinq modules de formation pour aider nos collègues qui négocient des accords handicap dans les entreprises »

Quelles sont les principales actions conduites par la CFE-CGC et son réseau (25 référents régionaux et 50 référents des fédérations) ?

La CFE-CGC propose désormais cinq modules de formation pour permettre à nos collègues qui négocient des accords handicap dans les entreprises d’intégrer les dispositions de la loi du 11 février 2005, la prise en compte du handicap psychique et celle des aidants familiaux. Nos adhérents et militants peuvent également s’appuyer sur le Guide handicap CFE-CGC, régulièrement mis à jour. Nous avons par ailleurs redynamisé le groupe interfédéral et mis en place une banque des accords handicap qui recense les accords de toutes les fédérations pour identifier les bonnes pratiques et faire converger les compétences. La CFE-CGC s’est aussi dotée de divers outils pédagogiques et ludiques autour du handicap : vidéos, bandes dessinées, jeux de cartes, goodies etc.

Un mot sur la prochaine édition de la Semaine pour l'emploi des personnes handicapées, qui se déroulera du 14 au 20 novembre 2017 ? 

C’est un rendez-vous annuel important. Mais la CFE-CGC, parce que nous sommes tous « handicapables », est mobilisée 365 jours par an sur le handicap ! Cette année, nous allons mettre en avant le handicap psychique par le biais de diverses animations, dont un colloque thématique qui se tiendra à Nantes le 16 novembre.

Propos recueillis par Mathieu Bahuet  

Lire la suite Lire la suite

"La CFE-CGC est mobilisée au quotidien face à toutes les formes de handicap"  Voir?

Accès aux droits, à l’emploi et au logement, égalité des chances, problématiques du financement et des aidants familiaux : Christophe Roth réagit aux récentes annonces gouvernementales sur le handicap. Le délégué national CFE-CGC rappelle également l’engagement quotidien et les actions menées par le syndicat de l’encadrement au service des salariés en situation de handicap. Entretien.


A l’occasion du comité interministériel du handicap (CIH), le Premier ministre Edouard Philippe a dévoilé, le 20 septembre dernier, la feuille de route du gouvernement afin d’améliorer la situation des personnes handicapées. Qu’en retenez-vous ?

Beaucoup d’annonces ont été faites pour moderniser l’accès aux droits et notamment raccourcir les délais d’obtention de la reconnaissance administrative de la qualité de travailleur handicapé (RQTH) auprès des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH). Notons également la revalorisation de l’Allocation adulte handicapée (AAH), qui passera progressivement de 810,89 € par mois actuellement pour une personne seule à 900 € d’ici novembre 2019.

  • « La CFE-CGC reste mesurée quant aux annonces gouvernementales »

Ces annonces sont-elles conformes aux attentes de la CFE-CGC ?

Nous restons mesurés. La CFE-CGC salue le volontarisme affiché sur des champs comme l’accès aux droits, la scolarité et l’égalité des chances, l’insertion professionnelle ou encore l’accessibilité au logement, aux bâtiments et aux loisirs. Ces annonces vont plutôt dans le bon sens et sont conformes à l’esprit de la loi du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. En revanche, la CFE-CGC s’inquiète de ne pas avoir eu d’annonces concernant les emplois et la compensation des personnes en situation de handicap dans le privé comme le public. Nous sommes également très dubitatifs sur la question des moyens alors que fondent les réserves du Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP) et celles de l’Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des handicapés (AGEFIPH) dans le privé.

La CFE-CGC a fait part de son amertume suite à la baisse de 25 % du budget du FIPHFP

Cette décision n’a été ni validée par le comité national du FIPHFP, ni par les commissions ou groupes de travail. Pire : le débat à la convention d'objectifs et de gestion (COG) entre l’Etat, les associations et les organisations syndicales, n’a pas eu lieu. Pour la direction du FIPHFP, seule une contribution de 15 euros par agent financerait le maintien dans l’emploi sur 10 ou 15 ans des bénéficiaires du FIPHFP. Pour la CFE-CGC, il est inacceptable de demander aux agents des fonctions publiques cette contribution supplémentaire ! L’Etat a déjà ponctionné trois fois 29 millions d’euros sur le FIPHFP et le même montant sur l’AGEFIPH pour couvrir d’autres besoins de financement et d’autres politiques publiques que le handicap.

Que préconise la CFE-CGC ?

Il est impératif de maintenir et de sécuriser l'AGEFIPH (une association) et le FIPHFP (gérée par la Caisse des Dépôts), chacun avec son modèle spécifique. Pour le FIPHFP, la CFE-CGC propose que l’Education nationale, qui compte un million d’agents, contribue à son financement à l’instar de tous les autres ministères.

  • « La CFE-CGC milite depuis des années pour bâtir une politique volontariste à destination des aidants familiaux »

Quid des dispositions à destination des aidants familiaux ?

Le président de la République s’est engagé à s’emparer du dossier. La CFE-CGC se montrera vigilante et fera valoir ses propositions : mise à disposition d’infos sur les démarches administratives, congés supplémentaires rémunérés, maintien des cotisations à temps plein dans le cadre du passage au temps partiel, suivi médical renforcé, modalités spécifiques relatives au télétravail et création d’un congé pour solidarité familiale. La CFE-CGC milite depuis des années pour bâtir une politique volontariste pour les aidants familiaux. C’est un sujet majeur.

Pour quelle raison ? 

Il y a environ 8 millions de personnes - dont la moitié avec une activité professionnelle - qui accompagnent un proche qui est malade ou dépendant. La réalité de terrain est claire : les aidants familiaux salariés sont trop souvent confrontés à l'obligation dramatique de choisir entre leur position d'aidant et leur situation professionnelle. Avec tout ce que cela entraîne : absentéisme, perte de rémunération, hypothèque sur la future retraite… Un colloque sur les aidants familiaux se tiendra le 5 décembre à Paris, organisé par l’union locale du 17e arrondissement et l’URIF, avec le soutien de la confédération.

A l’image des conventions successives signées avec l'AGEFIPH, la CFE-CGC est reconnue, dans le monde du travail et le paysage institutionnel, comme un acteur incontournable sur le handicap.


La CFE-CGC poursuit, sans relâche, son combat quotidien pour conseiller, assister et représenter les travailleurs handicapés et les salariés dont un proche est handicapé. Nous sommes plus que jamais mobilisés pour faire face à toutes les évolutions sociétales et au développement de nouvelles formes de handicap, en particulier le handicap psychique. La dernière convention signée en novembre 2016 avec l'AGEFIPH nous engage à une prise en compte de cette pathologie, qui reste méconnue. Le handicap psychique est pourtant la première cause d’arrêt de travail selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour qui, d’ici 2020, la pathologie deviendra la première cause de handicap dans le monde.

  • « Cinq modules de formation pour aider nos collègues qui négocient des accords handicap dans les entreprises »

Quelles sont les principales actions conduites par la CFE-CGC et son réseau (25 référents régionaux et 50 référents des fédérations) ?

La CFE-CGC propose désormais cinq modules de formation pour permettre à nos collègues qui négocient des accords handicap dans les entreprises d’intégrer les dispositions de la loi du 11 février 2005, la prise en compte du handicap psychique et celle des aidants familiaux. Nos adhérents et militants peuvent également s’appuyer sur le Guide handicap CFE-CGC, régulièrement mis à jour. Nous avons par ailleurs redynamisé le groupe interfédéral et mis en place une banque des accords handicap qui recense les accords de toutes les fédérations pour identifier les bonnes pratiques et faire converger les compétences. La CFE-CGC s’est aussi dotée de divers outils pédagogiques et ludiques autour du handicap : vidéos, bandes dessinées, jeux de cartes, goodies etc.

Un mot sur la prochaine édition de la Semaine pour l'emploi des personnes handicapées, qui se déroulera du 14 au 20 novembre 2017 ? 

C’est un rendez-vous annuel important. Mais la CFE-CGC, parce que nous sommes tous « handicapables », est mobilisée 365 jours par an sur le handicap ! Cette année, nous allons mettre en avant le handicap psychique par le biais de diverses animations, dont un colloque thématique qui se tiendra à Nantes le 16 novembre.

Propos recueillis par Mathieu Bahuet  

Fermer Fermer

(09/10/2017 : 08:22)

Les organisations syndicales françaises n'iront pas à la réunion de l’OIT en Turquie  Voir?

La 10ème Réunion régionale européenne de l’Organisation internationale du Travail sera accueillie par le gouvernement turc du lundi 2 au jeudi 5 octobre 2017, à Istanbul.

En Turquie aujourd’hui, l'état d'urgence est toujours en vigueur. Au moins 125.000 fonctionnaires, parmi lesquels une majorité d’enseignants, mais aussi des juges, des universitaires et des chercheurs, ont été renvoyés par décret sans droit de recours en justice. La liberté d'association y est en péril avec des arrestations et emprisonnements de syndicalistes participant à des manifestations ou s'exprimant sur les réseaux sociaux contre les mesures antidémocratiques liées au référendum de réforme constitutionnelle voulue par Erdogan.

En une année, la Turquie a emprisonné plus de journalistes que tout autre pays du monde. On estime que 148 journalistes et travailleurs des médias sont actuellement en prison.La Confédération européenne des syndicats (CES), la Confédération syndicale internationale (CSI) et leurs affiliés turcs ont formulé, en mai 2017, plusieurs demandes aux autorités turques, notamment : mettre fin aux licenciements collectifs ; libérer les travailleurs, journalistes et élus emprisonnés ; un retour à la règle du droit avec la présomption d’innocence ; restaurer la liberté d’expression, de la presse et la réouverture des médias fermés. Sans quoi, les deux organisations appelaient leurs affiliés à ne pas participer à cette conférence.

Force est de constater qu’aucune de ces demandes n’a été entendue. Pire, les dérives des autorités turques n’ont pas cessé et les répressions à l’égard des militants syndicaux et pour les droits de l’homme continuent : des dirigeants d’Amnesty International et d’autres ONG ont été arrêtés et mis à l’isolement, des dirigeants et militants syndicaux subissent des licenciements abusifs, des descentes à leurs domiciles, des arrestations arbitraires et même des attaques armées.

À la lumière de cette situation, la CSI et la CES estiment que les conditions ne sont pas réunies pour organiser la Réunion régionale européenne de l’OIT en Turquie.

Les organisations syndicales françaises CGT, CFDT, FO, CFE-CGC, CFTC et UNSA répondent à l’appel de la CES et la CSI et ne participeront pas à la 10ème Réunion régionale européenne de l’Organisation internationale du Travail.

Lire la suite Lire la suite

Les organisations syndicales françaises n'iront pas à la réunion de l’OIT en Turquie  Voir?

La 10ème Réunion régionale européenne de l’Organisation internationale du Travail sera accueillie par le gouvernement turc du lundi 2 au jeudi 5 octobre 2017, à Istanbul.

En Turquie aujourd’hui, l'état d'urgence est toujours en vigueur. Au moins 125.000 fonctionnaires, parmi lesquels une majorité d’enseignants, mais aussi des juges, des universitaires et des chercheurs, ont été renvoyés par décret sans droit de recours en justice. La liberté d'association y est en péril avec des arrestations et emprisonnements de syndicalistes participant à des manifestations ou s'exprimant sur les réseaux sociaux contre les mesures antidémocratiques liées au référendum de réforme constitutionnelle voulue par Erdogan.

En une année, la Turquie a emprisonné plus de journalistes que tout autre pays du monde. On estime que 148 journalistes et travailleurs des médias sont actuellement en prison.La Confédération européenne des syndicats (CES), la Confédération syndicale internationale (CSI) et leurs affiliés turcs ont formulé, en mai 2017, plusieurs demandes aux autorités turques, notamment : mettre fin aux licenciements collectifs ; libérer les travailleurs, journalistes et élus emprisonnés ; un retour à la règle du droit avec la présomption d’innocence ; restaurer la liberté d’expression, de la presse et la réouverture des médias fermés. Sans quoi, les deux organisations appelaient leurs affiliés à ne pas participer à cette conférence.

Force est de constater qu’aucune de ces demandes n’a été entendue. Pire, les dérives des autorités turques n’ont pas cessé et les répressions à l’égard des militants syndicaux et pour les droits de l’homme continuent : des dirigeants d’Amnesty International et d’autres ONG ont été arrêtés et mis à l’isolement, des dirigeants et militants syndicaux subissent des licenciements abusifs, des descentes à leurs domiciles, des arrestations arbitraires et même des attaques armées.

À la lumière de cette situation, la CSI et la CES estiment que les conditions ne sont pas réunies pour organiser la Réunion régionale européenne de l’OIT en Turquie.

Les organisations syndicales françaises CGT, CFDT, FO, CFE-CGC, CFTC et UNSA répondent à l’appel de la CES et la CSI et ne participeront pas à la 10ème Réunion régionale européenne de l’Organisation internationale du Travail.

Fermer Fermer

(29/09/2017 : 08:39)

Engagement et responsabilités : place aux jeunes !  Voir?

Quarante-six organisations membres du CESE, dont la CFE-CGC, ont signé l'appel "Jeunes et responsables !" visant à favoriser l'accès des jeunes aux responsabilités dans les organisations.


"Jeunes et responsables" : tel est l’appel paraphé le 18 septembre dernier dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine par quarante-six organisations membres du Conseil économique, social et environnemental (CESE), la troisième assemblée de la République. Par l’intermédiaire de Fabrice Tyack, délégué national confédéral en charge de la jeunesse, la CFE-CGC a signé cet appel visant à "favoriser l'accès des jeunes aux responsabilités dans leurs organisations et à poursuivre les efforts menés en la matière".

  • Identifier les bonnes pratiques

Ce texte fait suite au séminaire de travail organisé le 6 juillet qui avait rassemblé près de 200 représentants de la société civile (syndicats, organisations étudiantes et mouvements de jeunesse, associations, fédérations professionnelles…). Objectif de ces échanges (voir ici la retranscription) : identifier les bonnes pratiques pour rendre les organisations attractives ; former et accompagner les jeunes à la prise de responsabilité ; modifier la gouvernance pour avoir des jeunes en responsabilités et leur confier des missions de représentation extérieure. Et ainsi contribuer à lever les résistances à laisser les jeunes exercer des responsabilités.

  • Engagement, sens et valorisation des missions

Ces actions sont en effet aujourd’hui prioritaires puisque "les jeunes sont, avec les séniors, la catégorie de la population qui s’engage le plus, et en même temps, celle qui est la moins représentée dans les responsabilités et mandats confiés", soulignent les signataires.

Sur la question de l’engagement, du sens et de la valorisation des missions, Fabrice Tyack a témoigné de son parcours professionnel et syndical, et rappelé combien "une organisation syndicale donne les moyens d’aider les gens". Et d’ajouter, faisant écho à son expérience d’élu en entreprise (chez BNP Paribas) : "Etre délégué syndical, c'est aider les gens et les salariés. C'est la plus belle mission au monde !"

  • La CFE-CGC tournée vers les jeunes

Pour la CFE-CGC, la jeunesse est un axe de développement prioritaire. Un engagement quotidien incarné notamment par la communauté Pas à Pas, lancée l’an dernier sous l’impulsion du syndicat de l'encadrement pour faciliter aux jeunes l’accès au monde du travail et à l’entreprise. Outre le guide pratique dédié aux jeunes pour les aider à trouver les clés du marché du travail et les accompagner durant leur vie professionnelle, Pas à Pas organise régulièrement des événements étudiants permettant aux entreprises, aux créateurs de start-up et autres de venir au contact des jeunes diplômés.

"En tant que syndicat, c’est à nous de créer des ponts et du lien, résume Fabrice Tyack, coordinateur de Pas à Pas. La CFE-CGC dispose de structures, de compétences et d’antennes dans tous les territoires et les entreprises. Autant de ressources pour promouvoir auprès des jeunes - peut-être de futurs adhérents et militants - cet indispensable syndicalisme de services à développer."

Mathieu Bahuet

Lire la suite Lire la suite

Engagement et responsabilités : place aux jeunes !  Voir?

Quarante-six organisations membres du CESE, dont la CFE-CGC, ont signé l'appel "Jeunes et responsables !" visant à favoriser l'accès des jeunes aux responsabilités dans les organisations.


"Jeunes et responsables" : tel est l’appel paraphé le 18 septembre dernier dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine par quarante-six organisations membres du Conseil économique, social et environnemental (CESE), la troisième assemblée de la République. Par l’intermédiaire de Fabrice Tyack, délégué national confédéral en charge de la jeunesse, la CFE-CGC a signé cet appel visant à "favoriser l'accès des jeunes aux responsabilités dans leurs organisations et à poursuivre les efforts menés en la matière".

  • Identifier les bonnes pratiques

Ce texte fait suite au séminaire de travail organisé le 6 juillet qui avait rassemblé près de 200 représentants de la société civile (syndicats, organisations étudiantes et mouvements de jeunesse, associations, fédérations professionnelles…). Objectif de ces échanges (voir ici la retranscription) : identifier les bonnes pratiques pour rendre les organisations attractives ; former et accompagner les jeunes à la prise de responsabilité ; modifier la gouvernance pour avoir des jeunes en responsabilités et leur confier des missions de représentation extérieure. Et ainsi contribuer à lever les résistances à laisser les jeunes exercer des responsabilités.

  • Engagement, sens et valorisation des missions

Ces actions sont en effet aujourd’hui prioritaires puisque "les jeunes sont, avec les séniors, la catégorie de la population qui s’engage le plus, et en même temps, celle qui est la moins représentée dans les responsabilités et mandats confiés", soulignent les signataires.

Sur la question de l’engagement, du sens et de la valorisation des missions, Fabrice Tyack a témoigné de son parcours professionnel et syndical, et rappelé combien "une organisation syndicale donne les moyens d’aider les gens". Et d’ajouter, faisant écho à son expérience d’élu en entreprise (chez BNP Paribas) : "Etre délégué syndical, c'est aider les gens et les salariés. C'est la plus belle mission au monde !"

  • La CFE-CGC tournée vers les jeunes

Pour la CFE-CGC, la jeunesse est un axe de développement prioritaire. Un engagement quotidien incarné notamment par la communauté Pas à Pas, lancée l’an dernier sous l’impulsion du syndicat de l'encadrement pour faciliter aux jeunes l’accès au monde du travail et à l’entreprise. Outre le guide pratique dédié aux jeunes pour les aider à trouver les clés du marché du travail et les accompagner durant leur vie professionnelle, Pas à Pas organise régulièrement des événements étudiants permettant aux entreprises, aux créateurs de start-up et autres de venir au contact des jeunes diplômés.

"En tant que syndicat, c’est à nous de créer des ponts et du lien, résume Fabrice Tyack, coordinateur de Pas à Pas. La CFE-CGC dispose de structures, de compétences et d’antennes dans tous les territoires et les entreprises. Autant de ressources pour promouvoir auprès des jeunes - peut-être de futurs adhérents et militants - cet indispensable syndicalisme de services à développer."

Mathieu Bahuet

Fermer Fermer

(02/10/2017 : 10:05)

Les personnes en situation de handicap ne sont pas des variables d’ajustement des finances !  Voir?

Le fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP), géré par la Caisse des Dépôts, est entièrement financé par les contributions des employeurs publics n’atteignant pas le chiffre de 6 % d’agents en situation de handicap dans leurs établissements, leurs administrations, leurs ministères.

Ce fonds sert à favoriser le maintien dans l’emploi, la compensation du handicap, le recrutement et l’emploi des personnes handicapées en adaptant leurs postes de travail et en leur proposant des formations. En 2016, leur taux d'emploi dans la fonction publique a atteint un niveau "historiquement élevé" de 5,32 % représentant 232 206 personnes. Pour ce faire, le FIPHFP a investi un montant de 157 millions d’euros mais pour la même période les contributions n’ont représenté que 132 millions d’euros, soit un déficit de 25 millions d’euros dont la CFE-CGC s’inquiète.

Afin de maintenir le fonds pour les trois prochaines années, le budget sera abaissé à 120 millions d’euros, ce ne sera donc plus suffisant.

Cette décision n’a été ni validée par le comité national du FIPHFP, ni par les commissions ou groupes de travail. Pire, le débat à la Convention d’Objectifs et de Gestion (COG) entre les représentants des différents ministères, les tutelles de l’Etat, les associations et les organisations syndicales n’a pa eu lieu.

La direction du FIPHFP indique que seule une contribution de 15 euros par agent financerait le maintien dans l’emploi sur 10 ou 15 ans des bénéficiaires du FIPHFP, souhaitant ainsi limiter le financement par l’Etat.

Pour la CFE-CGC, c’est inacceptable : il n’est pas possible de demander aux agents des fonctions publiques cette contribution supplémentaire. L’Etat a en effet déjà ponctionné trois fois 29 millions d’euros sur le FIPHFP et le même montant sur l’AGEFIPH pour couvrir d’autres besoins de financement et d’autres politiques publiques que le handicap.

La CFE CGC propose que l’Education nationale, qui compte un million d’agents, contribue au FIPHFP comme l’ensemble des ministères, et souhaite la sécurisation du FIPHFP.

Si le gouvernement indique faire du handicap une de ses priorités, cette question du financement n’a pas fait l’objet de mesures lors du dernier comité interministériel handicap du 20 septembre 2017.

La CFE-CGC attend ainsi des mesures concrètes et une vraie prise en compte du handicap dans le monde du travail. 

Contact Presse et Institutions :
Pierre Jan : 01 55 30 12 92 - 06 32 05 69 02 / 
pierre.jan@cfecgc.fr 

Lire la suite Lire la suite

Les personnes en situation de handicap ne sont pas des variables d’ajustement des finances !  Voir?

Le fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP), géré par la Caisse des Dépôts, est entièrement financé par les contributions des employeurs publics n’atteignant pas le chiffre de 6 % d’agents en situation de handicap dans leurs établissements, leurs administrations, leurs ministères.

Ce fonds sert à favoriser le maintien dans l’emploi, la compensation du handicap, le recrutement et l’emploi des personnes handicapées en adaptant leurs postes de travail et en leur proposant des formations. En 2016, leur taux d'emploi dans la fonction publique a atteint un niveau "historiquement élevé" de 5,32 % représentant 232 206 personnes. Pour ce faire, le FIPHFP a investi un montant de 157 millions d’euros mais pour la même période les contributions n’ont représenté que 132 millions d’euros, soit un déficit de 25 millions d’euros dont la CFE-CGC s’inquiète.

Afin de maintenir le fonds pour les trois prochaines années, le budget sera abaissé à 120 millions d’euros, ce ne sera donc plus suffisant.

Cette décision n’a été ni validée par le comité national du FIPHFP, ni par les commissions ou groupes de travail. Pire, le débat à la Convention d’Objectifs et de Gestion (COG) entre les représentants des différents ministères, les tutelles de l’Etat, les associations et les organisations syndicales n’a pa eu lieu.

La direction du FIPHFP indique que seule une contribution de 15 euros par agent financerait le maintien dans l’emploi sur 10 ou 15 ans des bénéficiaires du FIPHFP, souhaitant ainsi limiter le financement par l’Etat.

Pour la CFE-CGC, c’est inacceptable : il n’est pas possible de demander aux agents des fonctions publiques cette contribution supplémentaire. L’Etat a en effet déjà ponctionné trois fois 29 millions d’euros sur le FIPHFP et le même montant sur l’AGEFIPH pour couvrir d’autres besoins de financement et d’autres politiques publiques que le handicap.

La CFE CGC propose que l’Education nationale, qui compte un million d’agents, contribue au FIPHFP comme l’ensemble des ministères, et souhaite la sécurisation du FIPHFP.

Si le gouvernement indique faire du handicap une de ses priorités, cette question du financement n’a pas fait l’objet de mesures lors du dernier comité interministériel handicap du 20 septembre 2017.

La CFE-CGC attend ainsi des mesures concrètes et une vraie prise en compte du handicap dans le monde du travail. 

Contact Presse et Institutions :
Pierre Jan : 01 55 30 12 92 - 06 32 05 69 02 / 
pierre.jan@cfecgc.fr 

Fermer Fermer

(27/09/2017 : 07:59)

Délibération du comité directeur de la CFE-CGC du 25 septembre 2017  Voir?

Réuni ce jour, le 25 septembre 2017, le comité directeur de la CFE-CGC adopte la délibération suivante : les ordonnances travail font peser un risque grave sur la situation des salariés.

Elles facilitent la précarisation et la destruction des emplois et créent les conditions de la dégradation des conditions de travail. Par son déséquilibre en faveur d’une flexibilité incontrôlée, cette loi marque un recul sans précédent qui n’aura aucun impact positif sur l’emploi et l’économie.

La surdité du gouvernement est alarmante et augure mal de la suite des évènements.

Refusant de rester passive sauf à se sentir complice de la dégradation de la situation, la CFE-CGC appelle à un mouvement unitaire et invite l’ensemble des centrales syndicales à réagir selon des modalités dont elles définiront ensemble la nature et la date.

Contact Presse et Institutions :
Pierre Jan : 01 55 30 12 92 - 06 32 05 69 02 / 
pierre.jan@cfecgc.fr

Lire la suite Lire la suite

Délibération du comité directeur de la CFE-CGC du 25 septembre 2017  Voir?

Réuni ce jour, le 25 septembre 2017, le comité directeur de la CFE-CGC adopte la délibération suivante : les ordonnances travail font peser un risque grave sur la situation des salariés.

Elles facilitent la précarisation et la destruction des emplois et créent les conditions de la dégradation des conditions de travail. Par son déséquilibre en faveur d’une flexibilité incontrôlée, cette loi marque un recul sans précédent qui n’aura aucun impact positif sur l’emploi et l’économie.

La surdité du gouvernement est alarmante et augure mal de la suite des évènements.

Refusant de rester passive sauf à se sentir complice de la dégradation de la situation, la CFE-CGC appelle à un mouvement unitaire et invite l’ensemble des centrales syndicales à réagir selon des modalités dont elles définiront ensemble la nature et la date.

Contact Presse et Institutions :
Pierre Jan : 01 55 30 12 92 - 06 32 05 69 02 / 
pierre.jan@cfecgc.fr

Fermer Fermer

(28/09/2017 : 08:26)

Dernière mise à jour : 23/10/2017 : 05:09

Vous êtes ici :   Accueil » L'info permanente - La Confédération